fbpx

Comment bien protéger les enfants du risque de noyade.

Protéger les enfants du risque de noyade afin de ne plus lire :

La noyade est la 1° cause de mort accidentelle des moins des enfants de moins de 5 ans.

Les noyades des enfants de moins de 13 ans est consécutive à une mauvaise surveillance et/ou des lacunes dans la maîtrise de la natation.

Car la noyade chez les enfants se déroule terriblement rapidement ! Un bébé peut se noyer en quelques secondes dans 3 cm d’eau, sans un bruit, un jeune enfant en 3 minutes dans 20 cm d’eau. 

Le silence est tout ce que l’on entend lorsqu’un enfant se noie.

– message de prévention en Australie –

  

La noyade, 1° risque qu’encourt un enfant ?! Cette statistique semble terrible, en elle-même évidemment mais aussi dans la multiplicité des configurations qui peuvent engendrer des drames. Les plus jeunes, jusqu’à 5 ans sont les plus vulnérables.

Comment écarter le danger ? Divers systèmes de protection sont développés pour éviter l’accident, des brassards, des clôtures, alarmes de piscine mais aucun système ne pourra remplacer le meilleur des remparts : notre vigilance. Elle doit être active dans tous les lieux de où il y a de l’eau, de la baignoire au bord de mer en passant par les rivières.

Eviter la noyade : exercer une surveillance constante et active.

Qui dit protection, dit surveillance, n’est-ce pas ? Alors même si les enfants savent nager, même s’ils ont des brassards, il ne faut JAMAIS les perdre de vue ! Le principe est simple mais l’appliquer l’est bien moins !! Le problème réside dans le nombre infini de situations potentiellement dangereuses!

Imaginons, on est en été, un dimanche de juillet au alentours de midi, la barre des 30° est franchie et les enfants sont déjà en maillot de bain, ils piaffent d’impatience d’aller jouer dans la piscine. Plusieurs adultes, détendus, un verre à la main, discutent les uns avec les autres, ça rigole, tout le monde est passe un bon moment. Les enfants commencent à s’exciter attendant l’autorisation…

Du moment où l’accord est donné d’aller se baigner, un des adultes doit lâcher l’apéro, les pistaches, les discussions pour suivre de près les enfants à l’eau. Le « surveillant » se consacre alors entièrement aux enfants. Il se baigne avec eux ou les regarde s’amuser mais sans bouger des abords de l’eau. Il ne s’agit pas de continuer la discussion, de faire un aller/retour pour boire un coup ou prendre une poignée de cacahuètes !

Idem à la plage !

Protéger les enfants du risque de la noyade

Point question de rester lézarder sur la serviette avec un œil sur les enfants, tout en discutant ou en admirant l’océan. Il faut les accompagner se baigner et pour les plus petits, les garder à la main. S’il y a beaucoup de vagues, on peut faire un trou dans le sable, un peu plus loin du rivage pour être plus tranquilles.

La plus grande vigilance écarte aussi le risque de la noyade sèche ou mort par suffocation suite à une immersion dans l’eau. C’est un accident plutôt rare, heureusement. Observé majoritairement chez les enfants, particulièrement vulnérables car leurs poumons sont petits. Ainsi peu d’eau peut entraîner de graves lésions sur leur système respiratoire.  https://static.blog4ever.com/2012/03/678268/Noyade-s–che.mp4

Ce qui est curieux, c’est que les symptômes se manifestent hors d’eau, quelques heures, jusqu’à 72 heures après avoir bu la tasse ou failli se noyer.

Les premiers signes alarmants sont :

  • Une toux lourde et persistante

  • Des douleurs thoraciques

  • Une respiration difficile (similitudes avec une crise d’asthme) ou une hyperventilation

  • Une fatigue ou léthargie anormale

  • Des lèvres bleues, un teint gris

  • De la fièvre

  • Des maux de ventre.

Il faut alors contacter au plus vite un service médical d’urgence car l’issue peut être fatale.

Pensez, par ailleurs, à maîtriser le temps de baignade car les enfants se refroidissent plus vite que les adultes. Globalement, on se refroidit 20 fois plus vite dans l’eau que dans l’air. C’est un paramètre qui peut être une source de faiblesse pouvant participer à un accident.Pour bien protéger les enfants du risque de la noyade

Risque de noyade, une question d’âge ?

Oui, clairement ! La période la plus critique concernant le risque de noyade des enfants se situe entre 1 et 4 ans. C’est la période où l’autonomie se développe mais la notion du danger est floue et les capacités motrices limitées. Rappelons-nous du terrible chiffre en introduction :

1° cause de mort accidentelle des enfants de moins de 5 ans.

Pour faire baisser cette tragique statistique, certains prônent un apprentissage de la natation hâtif. En France, les enfants apprennent à nager qu’à partir de 6 ans. En dessous de 6 ans, un enfant n’aurait pas les capacités motrices nécessaires et l’environnement chloré ne serait pas des plus recommandés… L’Académie Américaine des Pédiatres recommande, elle, un départ de l’apprentissage dès 4 ans. Que penser ?

Bref, bataille de spécialistes ! De plus en plus de centres aquatiques proposent des programmes “bébés nageurs” pour la découverte du milieu aquatique via diverses activités que l’on peut pratiquer en famille.

Il ne faut pourtant pas imaginer que même s’il sait nager, un enfant n’est jamais totalement exclu du risque noyade ! Il est donc important en parallèle à une surveillance de tous les instants, de lui expliquer le danger potentiel de l’eau.

Par ailleurs, l’Institut National de Veille Sanitaire apporte une précision qui a son importance : savoir nager dans un environnement artificiel, en piscine n’est pas aussi exigeant que se baigner en milieu naturel, mer, lac ou rivière !

Bouées ou brassards pour protéger les enfants du risque de noyade ?

Existent ces bouées rondes bien mignonnes, colorées, tellement attractives pour jouer dans l’eau mais tellement médiocres au niveau sécurité ! En effet, en cas de souci, l’enfant doit fournir un effort pour s’y accrocher afin de ne pas glisser. Par contre, les brassards adaptés à la taille, au poids et à l’âge de l’enfant représentent la bonne option. Il en existe maintenant un large choix, gonflables avec de belles couleurs de dessins animés. Ceux en mousse seront plus ergonomiques. Dans tous les cas, il faut veiller à y trouver le marquage CE et la norme NF 13138-1, garantissant du sérieux de la fabrication. Cette norme désigne l’aide à la flottabilité pour l’apprentissage de la nage, les brassards constituent une aide significative mais n’empêchent donc pas la noyade ! 

Les brassards constituent une contribution à la sécurité de l’enfant mais ne nous dégagent pas de notre rôle de surveillance car rien ne remplacera l’attention humaine ! 

Une précaution toute simple à garder en tête avec les brassards car trop d’accidents arrivent en dehors du moment précis de la baignade, quand justement la vigilance se relâche : tant que les enfants sont à proximité de l’eau, leur laisser les brassards ! 

Bien protéger les enfants selon le lieu de baignade.

      • La baignoire, 4 étapes :

Le moment du bain est un moment privilégié, un moment de détente mais là aussi la vigilance est de mise. Pour bien protéger les enfants du risque de la noyade, la surveillance doit être permanente. Le caractère habituel du bain des enfants est propice à une certaine routine. Et la routine entraîne parfois de sournois relâchements d’attention…

Il n’est pas question de tourner les talons pour une quelconque raison ! Les faits divers relatent trop souvent ces drames. “Bébé noyé après que la maman soit allée répondre au téléphone…”

Rien, absolument rien n’a la priorité lorsqu’un jeune enfant est dans l’eau. Souvenons-nous :

  • Un bébé peut se noyer en quelques secondes dans 3 cm d’eau

  • un jeune enfant en 3 minutes dans 20 cm d’eau.

En plus de surveiller la température de l’eau, quelques préparatifs s’avèrent utiles afin de rester concentré sur l’enfant. Poser savon et shampoing à porter de main afin de ne pas avoir à lâcher le bébé. Même idée en prévision de la sortie du bain, serviette, couche, vêtements doivent être préparés.

  1. Pour le nourrisson, la baignade se déroule rapidement dans un petite baignoire en plastique ou dans le lavabo.

  2. Après 3 semaines, le bébé peut être lavé dans la baignoire familiale. Un transat de bain qui le maintient et lui surélève la tête est utile car laisse une main libre pour procéder au lavage.

  3. A partir de 7 mois, un autre accessoire peut s’avérer utile, c’est l’anneau de bain qui maintient le bébé en position assise afin qu’il puisse s’amuser librement.

    Là encore, nous sommes d’accord que ces équipements ne remplacent pas votre attention !

  4. Après 15 mois, le bébé n’a plus besoin de dispositif de soutien mais jusqu’à l’âge de 6 ans, on reste en permanence dans la salle de bain.

      • En bord de mer.

Pour bien protéger les enfants du risque de la noyadeEn général, les enfants adorent jouer dans l’eau, barboter. Les plus petits doivent être tenus par la main ou dans les bras, car une vague, un trou dans la sable peuvent leur faire, trop rapidement, perdre l’équilibre. Sous surveillance très rapprochée, assis en bordure d’eau ou dans une marre, l’enfant se familiarise en toute sécurité avec cet élément pas totalement inconnu.

Pour les plus grands, il faut veiller à ce qu’ils restent où ils ont pied car les courants sont invisibles et trop jeunes, ils n’auraient pas la force de lutter.

La surveillance constante et active reste la meilleure attitude à adopter pour protéger les enfants du risque de noyade. On va se baigner avec les enfants en restant dans leur périmètre ou on les accompagne pour grenouiller.

Il ne faut pas hésiter à passer au poste de secours de la plage pour glaner quelques informations, les courants existants, les marées, les vents et bien sur jeter un œil sur le drapeau de baignade.drapeaux baignadePour bienpour protéger les enfants du risque de la noyade LE DRAPEAU VERT indique qu’il n’y a pas de danger. Le vent et les vagues sont faibles.

LE DRAPEAU ORANGE nous alerte sur une baignade risquée, les vents sont alors à plus de 20 km/h et les vagues mesurent ou dépassent 1 m.

LE DRAPEAU ROUGE nous interdit formellement de nous baigner. Les conditions sont dangereuses. Il y a risque d’orage ou le vent peut dépasser 40 km/h. La hauteur des vagues passe alors 4 m.

      • En lac et rivière, 7 règles à connaître.

Les eaux y paraissent tranquilles, calmes, s’y baigner semble alors sans risque. Mais les apparences sont trompeuses ! Profondeur et courants sont souvent mal évalués, par exemple.

Sur la période de juin/juillet 2018, presque 30% des noyades ont eu lieu en cours d’eau et plus de
25% en plan d’eau et 1
noyade en eau douce sur 4 est due à la consommation d’alcool !Pour bien protéger les enfants du risque de la noyade

  1. Prenez le temps d’observer l’environnement, le flux de l’eau.

  2. Il est bon de choisir un accès à l’eau en pente douce car les berges ne sont pas forcement stables ou facilement accessibles. Un affaissement du terrain peut piéger lorsqu’il est temps de sortir de l’eau.

  3. Il est utile également de bien apprécier le fond de l’eau. En effet, le fond de lac, de rivière n’est pas égal et des trous peuvent surprendre ; l’enfant perdre pied.

  4. En rivière, les courants peuvent être étonnamment forts et en quelques secondes nous emportés ! Ils peuvent se manifester de façon irrégulière selon les passages, des tourbillons apparaître.

  5. Le niveau d’eau peut parfois changer subitement, suite au lâcher d’un barrage ou de fortes pluies. En quelques minutes, le volume et le débit d’eau s’accroissent violemment.

  6. Il ne faut pas oublier que les cours d’eau peuvent charrier des branches voire des troncs. Jeter un œil régulièrement en amont pour vérifier que rien ne risque de nous blesser en passant, est prudent.

  7. Comme en mer, hors zone de baignade surveillée, soyons vigilant à notre environnement. Un bateau, jet-ski ne soient trop proches  car c’est une menace. En effet, c’est juste un petit point à la surface (notre tête) qui signale notre présence! Les reflets du soleil sur l’eau, quelques brasses sous la surface et le repère disparaît.

      • En piscine / bassin, la prévention en 5 points.Pour bien protéger les enfants du risque de la noyade

Les pièces d’eau sont de vrais aimants pour les enfants, il faut en protégez l’accès. Hormis le risque de noyade, toujours présent dès qu’il y a de l’eau, nous veillerons aussi au risque d’intoxication en buvant l’eau de piscine, bassin ou fontaines !

  1. Là aussi, la meilleure des protections est la surveillance. On se baigne avec les enfants, on s’amuse avec eux. Aucune raison nous fera quitter le lieu !

  2. Dans le cas de piscine avec système de surveillance, on mettra un point d’honneur à maintenir en bon état les clôtures ou systèmes de veille de l’espace de baignade.

  3. Après chaque baignade :

    Sortir de la surface de l’eau tous les jouets et accessoires de la piscine car la tentation peut être grande d’aller récupérer un ballon, une fois sorti.

    Fermer les clôtures ou condamner l’accès ; retirer l’échelle, pour les piscines hors sol.

  4. Maintenir les abords de la piscine dégagés afin d’éviter les chutes, sans oublier le fameux : “ ne pas courir au bord de la piscine “ !

  5. Une perche, une bouée, un téléphone pour alerter les secours en cas d’accident et une fiche plastifiée de secours en cas de noyade dans le périmètre de la piscine peut se révéler salvateur.

Attention aux cheveux longs ! Ils peuvent être tirés par les conduits d’aspiration ou s’y emmêler et maintenir la tête sous l’eau !

La législation pour protéger les enfants du danger des piscines privées.

Des normes de sécurité strictes sont imposées aux propriétaires de piscines privées à usage individuel ou collectif, enterrées ou semi-enterrées pour protéger les enfants du risque de la noyade. Cette loi exige d’installer au moins 1 de ces 4 dispositifs de sécurité normalisés :

  • Les alarmes de piscine – Norme NF P 90-307 –

    Il en existe deux catégories :

  1. les alarmes périmétriques par infrarouge qui délimitent un cadre à ne pas franchir

  2. les alarmes immergées qui préviennent lors de la chute dans l’eau d’un enfant d’au moins 6kg.

  • Les barrières de piscineNorme NF P 90-306 –

    Elles doivent mesurer plus d’ 1m 10  de hauteur et disposer d’un sérieux verrouillage du portillon afin d’empêcher le passage des enfants de moins de 5 ans sans adulte.

  • Les couvertures de piscineNorme NF P 90-308 –

    Elles doivent être installées afin d’empêcher l’immersion d’un enfant de moins de 5 ans tout en résistant aussi bien au poids d’une personne adulte (jusqu’à 100 kg).

A NOTER : Toutes les couvertures ne sont pas des couvertures de sécurité !

  • Les abris de piscine Norme NF P 90-309 –

    Ils mettent le bassin inaccessible à volonté avec un système de fermeture solide afin qu’un enfant ne puisse y pénétrer seul.

Il semblerait que les barrières sur l’ensemble du pourtour d’une piscine soient la meilleure des protections. Il faudra choisir au moins une des quatre formules ci-dessus car au delà de la sécurité de nos enfants, le non suivi de cette réglementation expose à une amende de 45 000 €.

Existe également dans le commerce un bracelet qui sonne en cas d’immersion. C’est un système mobile qui peut donc être utilisé aussi bien au bord d’une piscine, que d’un lac ou autre.

Ce qu’il faut retenir après avoir balayé les points majeurs liés au risque de noyade chez les enfants, c’est que la meilleure des précautions pour protéger les enfants du risque de noyade est notre attention à nous.

Crédit photos : E. Verhaeghe, P Rouzet.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Une pensée sur “Comment bien protéger les enfants du risque de noyade.

  • à
    Permalink

    Très bon article, très complet, on y apprend des choses utiles.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :