fbpx

Vêtements + Machines à laver = microparticules plastiques.

Pollution invisible mais impact gigantesque !

Fibres synthétiques et microparticules plastiques

Parce que nous avons tous des vêtements synthétiques dans nos placards et qu’ils sont confectionnés en moyenne de 60% de fibres plastique (polyester, nylon, acrylique), chaque lessive engendre systématiquement un certain volume de déchets car ces tissus au fil des lavages perdent de la matière. Des débris se détachent et se décomposent en morceaux de plus en plus petits : des microparticules plastiques qui deviendront plus tard des nanoparticules. Imaginons : un seul débris de microplastique engendre plusieurs milliards de nanoparticules ! Malheureusement les filtres des stations d’épuration ne captent pas encore ces particules ; elles filent alors dans nos cours d’eau et finissent dans les mers et océans.

Prenons conscience des conséquences pour juste une tournée de lave-linge : 6 kg de linge en fibres synthétiques libérerait 500 000 fibres de polyester et 700 000 d’acrylique, soit plus d’1 million de particules meurtrières.

Par an, c’est ainsi 500 000 tonnes de plastique que le lavage de nos vêtements larguent dans les océans. L’équivalent de 50 milliards de bouteilles plastiques…

machine à laver le linge et microparticules plastiques

Aussi, tous les ans, 100 000 mammifères marins et 1 million d’oiseaux meurent à cause du plastique.

Prenons conscience aussi que si nous mangeons de bons filets de sole, que l’on se fait griller des sardines au barbecue ou que l’on déguste un beau plateau de fruits de mer, nous mangeons ces mêmes particules plastiques qui plus tôt nous habillaient !

Des solutions existent pour bloquer le rejet de microparticules plastiques de nos machines à laver.

De nombreuses études ont été menées et relayées poussant les pouvoirs publics à statuer. Mais il faudra attendre 2025 pour que les fabriquants de machine à laver le linge aient obligation d’installer un filtre à microparticules…

Heureusement, diverses initiatives ont été prises à travers le monde. En Europe, deux surfeurs allemands ont imaginé un filet à linge Guppyfriend retenant une très grande majorité des funestes particules. France Inter nous présente en juillet 2019, leur solution : tps://www.franceinter.fr/emissions/l-esprit-d-initiative/l-esprit-d-initiative-02-juillet-2019?. Nous pouvons retrouver leur site via : https://en.guppyfriend.com/products/guppyfriend-waschbeutel-kaufen.
En Slovénie, le concept est autre. La société Planet Care conçoit des filtres à brancher sur le tuyau d’évacuation. Grâce à un champs électrostatique, ce filtre capterait 90 % du plastique. https://shop.planetcare.org/

Puis aux Etats Unis, nous trouvons Cora ball. C’est une balle à mettre dans le tambour qui emprisonne les particules se détachant au fil du cycle de lavage. http://rozaliaproject.org/stop-microfiber-pollution/

La production mondiale de plastique développe 10 tonnes / seconde. + d’infos sur : https://rendez-vous-sage.com/l-humanite-en-peril/. Par seconde… Nous le retrouvons donc partout ! Partout ! On en relève sur 88% de la surface des océans et construit petit à petit le « 7° continent » dans le Pacifique, cet amas de plastiques déjà trois fois plus grand que la France !

La pollution plastique a plusieurs visages : visible, elle est monstrueuse ; invisible, elle est insidieuse mais non moins dévastatrice.

Crédit photo : Andre Coelho, Charles Deluvio, Mylan Degraeve / Unsplash

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Une pensée sur “Vêtements + Machines à laver = microparticules plastiques.

  • 9 mars 2020 à 20:47
    Permalink

    Très bien cet article, de plus avec des solutions aux problèmes !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :